Un avion sans elle, Michel Bussy

Publié le par Isa.L

Un avion sans elle,  Michel Bussy

Résumé :

Lyse-Rose ou Emilie? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de trois mois? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix- huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'affaire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin? Ou bien quelqu'un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame?

Mon avis:

J'ai lu ce roman parce que, dans un premier temps, j'avais lu Les nympheas du même auteur et que j'avais énormément aimé. En général, quand un livre me plaît, je lis d'autres œuvres du même écrivain...

Je ne sais pas si c'est parce que je voulais retrouver le même plaisir que lorsque j'ai lu les Nymphas, mais j'ai eu plus de mal à lire Un avion sans elle. Pourtant le début est prenant, le suspens et l'émotion sont au rendez-vous mais quelques longueurs ont eu raison de ma patience et j'ai laissé le tout sur ma pile de livre "en réflexion" et je suis passée à autre chose. Mais une fois le nouveau roman terminé, je me suis quand même dit que j'aimerais connaître le fin mot de l'histoire. Comme quoi l'auteur a bien travaillé tout de même... Puis curieusement, à la reprise de la lecture, les événements se sont enchaînés et je ne suis plus ennuyée! J'avais probablement arrêté ma lecture après tous les passages les moins accaparants...

Le récit se fait donc haletant, plein de surprises et de rebondissements, on s'attache aux personnages, la narration est agréable à lire... Plus j'avance et plus je me demande comment cela va se terminer. La chute est originale et je me dis que toutes ces longueurs de milieu de roman n'étaient là que pour mieux converger vers un dénouement remarquable.

Donc Un avion sans elle est à lire en 1,2 ou 12 fois mais une chose est sûre, vous voudrez tout de même savoir ce qu'il se passe à la fin...

Publié dans Lire

Commenter cet article