Quitter le monde, Douglas Kennedy

Publié le par Isa

Résumé du livre9782714442598

Jane n'a que treize ans lorsque, lors d'un dîner à l'ambiance particulièrement lourde, elle annonce à ses parents qu'elle ne se mariera jamais. Une phrase d'apparence anodine aux conséquences désastreuses : son père quitte le foyer presque sur-le-champ ; quant à sa mère, elle tient Jane pour directement responsable de l'échec de son mariage. Quelques années plus tard, étudiante en lettres à Harvard, Jane entame une liaison avec son professeur. Pendant quatre ans, elle vit dans l'ombre mais heureuse avec cet homme qui la fascine. Bonheur brutalement interrompu par la mort de son amant, dans des circonstances obscures. Jane trouve alors un poste dans une très lucrative entreprise de trading. Sa vie semble plus paisible lorsqu'elle rencontre Théo, est enceinte de lui et vit, avec la petite Emily, ses plus belles années. Mais le malheur frappe encore et la mort de sa fille la laisse sans espoir, avec la culpabilité comme seule compagne. Douglas Kennedy déroule le destin d'une femme qui apprend à se relever. A travers Jane, il raconte aussi une Amérique de l'argent, des compromissions et des injustices. Quitter le monde est à la fois un roman tumultueux et une étude sociale pointue. 

 

 

 Critiques: (Christine Ferniot, Telerama n° 3102 - 27 juin 2009)

 

Jouant sur les thèmes du destin et de la culpabilité, Douglas Kennedy imagine une héroïne qui n'en finit pas de perdre ses amants, ses amours, son enfant, sans que le lecteur puisse jamais lâcher son histoire tragique, mais plausible. A travers Jane, l'écrivain décrit également plusieurs Amérique, qu'il traite impitoyablement : étroitesse de la petite-bourgeoisie, médiocrité du monde universitaire, hystérie de l'argent trop vite gagné ou perdu chez les traders, folie des autorités gouvernementales, qui peuvent vous pister et vous faire payer pour les autres. Douglas Kennedy sait doser le suspense et la réflexion, le regard social et les moments d'accélération.

 

Mon avis:

 

 

Très long au démarrage, dû aux digressions psychologiques et philosophiques du personnage, le roman peine à m'intriguer mais je me dis que c'est tout de même du Kennedy et qu'il doit y avoir du bon là-dedans! Alors je m'accroche et, passé la période de la liaison adultère avec son prof, ça devient intéressant dans le sens où l'auteur parvient à monter que même si la vie peut être très dure, même si l'on a l'impression que jamais on ne reprendra le dessus, et bien le temps fait son travail et petit à petit on vit, on revit, sans oublier,certes, mais 9782714442598.jpgon avance.

Sauf que pour le personnage, l'événement qui la pousse à avancer prend des proportions trop rocambolesques à mon goût, voire trop hollywoodiennes, dommage.

Publié dans Lectures

Commenter cet article